Goto main content
Message de Pâques de Mgr Paul-André Durocher
2021-04-04

Message de Pâques de Mgr Paul-André Durocher

Message de Pâques

4 avril 2021

 

Chers amis, chères amies,

 

Encore une fois, nous sommes confinés pour les Jours saints. Quelle tristesse ! Seule une poignée de gens pourront participer aux célébrations paroissiales. Et nous ne pourrons pas nous retrouver avec nos familles et nos amis pour célébrer Pâques. Cette pandémie nous dérobe des moments importants de nos vies. Elle nous oblige à nous replier sur nos demeures, ce qui, pour plusieurs, équivaut tout simplement à la solitude totale.

On me dira que la foi chrétienne mise sur la résurrection du Christ, sur la conviction que la mort n’a pas eu le dernier mot dans la vie. On me dira qu’il ne faut pas désespérer et qu’il y aura de meilleurs jours après ce sombre passage.

C’est vrai, mais il me semble que la Bonne Nouvelle de Jésus est plus qu’une version biblique du dicton « Après la pluie, le beau temps. » Fêter Pâques, c’est plus que dessiner des arcs-en-ciel et nous dire « Ça va bien aller. » C’est au moins cela, certes, mais c’est encore plus.

Célébrer Pâques, c’est non seulement croire qu’on peut revivre après la mort, c’est croire que la vie jaillit de la mort, que la mort elle-même est source de vie. C’est ce que Jésus enseignait à ses disciples : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. »

Célébrer Pâques, c’est donc croire à la valeur du Vendredi saint, à la différence qu’il opère dans nos vies et dans le monde. C’est découvrir avec les disciples de Jésus que sa mort elle-même est source de vie, parce qu’elle déborde d’amour pour nous.

Célébrer Pâques, ce n’est pas seulement croire que la pandémie passera et que nous retrouverons de meilleurs jours. C’est croire que, au cœur même de cette pandémie, la vie se cache, cherche à se dire, à se frayer un chemin et à nous transformer.

Célébrer Pâques, ce n’est pas seulement croire que le beau temps reviendra après la pluie, c’est croire que la pluie elle-même a sa raison d’être, qu’elle est bénéfique et nécessaire. Comme le dit la belle prière attribuée à saint François : « C’est en donnant que l’on reçoit, c’est en pardonnant qu’on est pardonné, et c’est en mourant que l’on ressuscite à la vie éternelle. »

À chacun et à chacune d’entre vous, à vos familles et à vos amis, je prie que Pâques, cette année, soit un temps de réflexion, de prière et de renouveau. La pandémie nous oblige à creuser au fond de nous-mêmes pour trouver les ressources nécessaires pour l’endurer : c’est dans cette profondeur que nous trouverons la présence de Celui qui est descendu aux enfers pour nous faire remonter avec lui dans la plénitude de la vie.

 

Joyeuses Pâques !

 

Paul-André Durocher, Archevêque de Gatineau

Archidiocèse de Gatineau
180, boulevard du Mont-Bleu,
Gatineau (Québec) J8Z 3J5

info@diocesegatineau.org
Téléphone: 819 771-8391
Télécopieur: 819 778-8969

Contacter l’équipe diocésaine

Revenez nous visiter!

© 2021 Archidiocèse de Gatineau. Tous droits réservés.

Créé par Communications et Société propulsé par SedNove